Janvier 2024

by | Feb 21, 2024

Après le redressement durant les Fêtes de fin d’année, on s’attendait à ce que le mois de janvier soit marqué par des performances en dents de scie, mais c’est finalement la stabilité qui a prévalu pour les investisseurs.

Voici un résumé des principaux événements qui ont influencé les marchés.

Évolution mensuelle du marché

· Malgré un repli à la fin du mois de janvier après que la Fed ait signalé que les baisses de taux n’étaient pas imminentes, les actions américaines, canadiennes et mondiales ont tout de même réussi à enregistrer un troisième mois consécutif de hausse et à commencer l’année 2024 dans le vert.

· Les rendements obligataires sont restés stables pendant la majeure partie du mois de janvier avant d’osciller à la hausse et à la baisse à la suite de la déclaration de la Fed, bien qu’ils soient toujours inférieurs à leur pic d’octobre, qui était leur niveau le plus élevé depuis 2007.

· Stimulée par son entrée dans l’IA grâce à son investissement dans Open AI, le créateur de ChatGPT, Microsoft est devenue la deuxième entreprise à atteindre une capitalisation boursière de 3 billions de dollars américains, rejoignant ainsi Apple qui y est parvenue l’année dernière.

· Les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en deux mois, dépassant les 76 dollars le baril, en raison de la baisse des inventaires américains, de l’optimisme quant à l’efficacité des mesures de relance chinoises et de la poursuite des attaques des milices houthies en mer Rouge.

· La Chine a annoncé une réduction de 50 pb de son ratio de réserves obligatoires pour les institutions financières et une réduction de 25 pb des taux d’intérêt de prêt et de réescompte pour les PME et l’agriculture. Ces mesures de relance visent à augmenter les liquidités, à soutenir l’extension du crédit et à stimuler l’activité et la croissance.

· Les données du PIB américain du quatrième trimestre publiées en janvier ont de nouveau mis en évidence la résistance de l’économie américaine, qui a progressé de 3,3 %, dépassant les attentes de 2 % et entraînant une croissance supérieure à la tendance de 2,5 % pour 2023.

· L’IPC américain a augmenté de 0,3 % pour atteindre 3,4 % en raison des coûts de l’alimentation et du logement. Cela reste nettement inférieur au pic de 9,1 % atteint à l’été 2022, un sommet en 40 ans, ce qui suggère que la Fed parvient à un « atterrissage en douceur » pour l’économie, où l’inflation diminue sans déclencher de récession. La Fed a de nouveau maintenu ses taux entre 5,25 % et 5,5 %, le président de la Fed, M. Powell affirmant que l’inflation devait encore baisser avant de procéder à des réductions de taux.

· L’IPC canadien est également passé de 3,1 % à 3,4 %. La question persistante des coûts de logement, exacerbée par l’offre limitée de logements, reste problématique. La Banque du Canada peut influencer les coûts des intérêts hypothécaires en abaissant les taux, mais l’offre est une question gouvernementale qui prendra du temps à être résolue. La Banque du Canada a adhéré au maintien des taux à 5 %, pour sa quatrième réunion consécutive, mais le gouverneur Macklem a déclaré que si l’économie évoluait conformément aux prévisions de la banque, les discussions futures porteraient sur des réductions de taux.

· La Banque centrale européenne s’est jointe à la Fed et à la Banque du Canada pour maintenir les taux d’intérêt inchangés.

Comment cela affecte-t-il mes placements?

La politique des banques centrales, le ralentissement de la croissance mondiale et le refroidissement de l’inflation resteront les principaux moteurs des marchés financiers en 2024. Les vestiges des hausses de taux de l’année dernière pourraient persister un peu plus longtemps et le ralentissement de l’économie constituera une période difficile au début de l’année 2024. Le calendrier des réductions de taux sera déterminé par le rythme auquel l’inflation se rapprochera des 2 %.

Du côté positif, il y a peu de raisons de s’attendre à un ralentissement sévère, et les baisses de taux devraient en fin de compte stimuler l’activité économique. Quelle que soit la position que nous occupons dans le cycle du marché, il est important d’adopter une méthode d’investissement disciplinée et de rester concentré sur vos objectifs à long terme. Cette stratégie vous permet de ne pas vous laisser influencer par vos émotions en matière d’investissement, généralement en achetant à prix élevé et en vendant à prix bas, comme le font de nombreux investisseurs.

Le suivi et la révision continus de votre portefeuille permettent également de s’assurer que celui-ci reste sur la bonne voie. La diversification des investissements réduit également le risque.

Nous sommes là pour vous aider à atteindre vos objectifs financiers.

N’hésitez pas à communiquer avec nous.

Cordialement,

Cynthia Laventure

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ IMPORTANTS Les renseignements contenus dans cette lettre proviennent de diverses sources, dont Gestion mondiale d’actifs CI, la Banque du Canada, la Réserve fédérale, Statistique Canada, le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, Bloomberg, le National Post, Investment Executive, le Wall Street Journal, LinkedIn, la Presse canadienne, et Reuters à diverses dates. Ce document est fourni à titre indicatif seulement et les informations incluses pourraient changer sans avis. Tous les efforts ont été déployés pour compiler ce matériel à partir de sources fiables, et des mesures raisonnables ont été prises pour en assurer l’exactitude. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document. Avant de prendre une décision sur l’un des points mentionnés ci-dessus, je vous invite à communiquer avec moi pour obtenir des conseils financiers qui tiennent compte de votre situation personnelle.