Février 2024

by | Mar 15, 2024

Le vigoureux début de l’année 2024 s’est poursuivi pour les investisseurs en février, les actions ayant connu un nouveau mois positif et la saison des bénéfices du quatrième trimestre 2023 ayant été solide. Voici un résumé des principaux événements qui ont influencé les marchés.

Évolution mensuelle du marché

· Bien qu’elles aient plongé en milieu de mois en raison d’un IPC américain plus élevé qu’espéré en janvier, ce qui a eu pour effet de réduire les attentes concernant la baisse des taux, les actions américaines, canadiennes et mondiales se sont redressées pour afficher un quatrième mois consécutif de hausse.

· Nvidia, fabricant de puces pour l’IA et baromètre du secteur technologique et de l’indice S&P 500 au sens large, a annoncé une nouvelle série de résultats exceptionnels pour le quatrième trimestre 2023, entraînant un redressement des actions dans le monde entier.

· L’économie américaine a ajouté 353 000 nouveaux emplois en janvier, et le taux de chômage a chuté à 3,7 %. L’augmentation de la rémunération horaire moyenne est préoccupante, car les hausses de salaires sont un facteur essentiel qui pousse l’inflation. La bonne tenue du marché de l’emploi pourrait retarder les prochaines baisses de taux.

· Dans une démarche stratégique visant à revitaliser son marché immobilier, la banque centrale chinoise a procédé à une réduction sans précédent de son taux préférentiel pour les prêts à cinq ans, le faisant passer de 4,2 % à 3,95 %. Cette réduction significative devrait faire baisser les coûts des prêts hypothécaires dans un certain nombre de villes, ce qui pourrait stimuler la demande.

· Le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions de croissance pour 2024 et 2025, prévoyant une augmentation mondiale de la production de 3,2 %, soit une légère hausse par rapport à l’année dernière. Notamment, le FMI prévoit que le PIB du Canada augmentera assez rapidement, se classant au troisième rang des économies avancées, avec un taux de croissance attendu de 1,4 % en 2024 et de 2,4 % en 2025. Cette prévision est un peu plus optimiste que celle de la Banque du Canada pour cette année, qui n’est que de 0,8 %, bien qu’elle corresponde aux attentes de la Banque du Canada pour 2025.

· L’IPC américain pour janvier a baissé de 3,4 % à 3,1 %, bien que cette baisse soit moins importante que prévu, en grande partie en raison de la lenteur de l’ajustement des coûts du logement, et reste supérieur à l’objectif de 2 % de la Fed. Ces données ont provoqué un repli de courte durée dans toutes les catégories d’actifs, les prévisions de réduction des taux ayant été revues à la baisse. Malgré cela, l’accent que la Fed a mis sur l’indice des dépenses personnelles de consommation (DPC), où les coûts du logement sont un facteur moins important, suggère que la réaction a pu être exagérée et contribue à expliquer la reprise rapide du marché.

· L’IPC canadien pour le mois de janvier est passé de 3,4 % à 2,9 %, le plus important contributeur étant la baisse des prix de l’essence. À l’exclusion des frais d’intérêts hypothécaires qui demeurent problématiques, l’inflation serait maintenant de 2 %. La Banque du Canada se rapproche d’une réduction des taux d’intérêt, mais il faudra que cette tendance à la baisse se poursuive.

Comment cela affecte-t-il mes placements?

Les marchés boursiers mondiaux atteignent de nouveaux sommets historiques, tirés par les actions américaines et japonaises. Les entreprises américaines enregistrent également des bénéfices importants, ce qui témoigne de la solidité de l’économie. Bien que positifs pour les investisseurs, le rythme de ces redressements et la hausse des valorisations suscitent quelques inquiétudes et pourraient entraîner une certaine volatilité à court terme. Dans le même temps, les actions chinoises ont rebondi grâce aux changements intervenus dans la surveillance réglementaire. Quelle que soit la position que nous occupons dans le cycle du marché, il est important d’adopter une méthode d’investissement disciplinée et de rester concentré sur vos objectifs à long terme. Cette stratégie vous permet de ne pas vous laisser influencer par vos émotions en matière d’investissement, généralement en achetant à prix élevé et en vendant à prix bas, comme le font de nombreux investisseurs. Le suivi et la révision continus de votre portefeuille permettent également de s’assurer que celui-ci reste sur la bonne voie. La diversification des investissements réduit également le risque. Nous sommes là pour vous aider à atteindre vos objectifs financiers. N’hésitez pas à communiquer avec nous.

Cordialement, 

Cynthia Laventure

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ IMPORTANTS Les renseignements contenus dans cette lettre proviennent de diverses sources, dont Gestion mondiale d’actifs CI, la Statistique Canada, le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, Bloomberg, le National Post, Investment Executive, le Wall Street Journal et Reuters à diverses dates. Ce document est fourni à titre indicatif seulement et les informations incluses pourraient changer sans avis. Tous les efforts ont été déployés pour compiler ce matériel à partir de sources fiables, et des mesures raisonnables ont été prises pour en assurer l’exactitude. Les conditions du marché pourraient varier et donc influer sur les renseignements contenus dans le présent document. Avant de prendre une décision sur l’un des points mentionnés ci-dessus, je vous invite à communiquer avec moi pour obtenir des conseils financiers qui tiennent compte de votre situation personnelle.